• Rencontre avec Marc Dangleterre ( Gazelec Douai )

    12ème titre de champion de France dans la poche 

     

    A bientôt 63 ans, le sympathique coureur nordiste du Gazelec Douai a une fois encore laissé éclater toute sa classe lors des derniers championnats de France sur Piste Masters. Il a joué sur les deux tableaux en remportant le 500 mètres départ lancé sa discipline de prédilection et remportant aussi avec une certaine efficacité le tournoi de vitesse. De quoi bien l’inspirer pour les prochains mondiaux en Octobre prochain où il compte bien briller également.

     

    Le reporter de VELODOM l’a rencontré, le pistard est revenu sur ces championnats et a évoqué ses ambitions futures.

     

    D.Bertout : « Marc, encore des championnats réussis, raconte nous encore tes belles performances sur le 500 et la vitesse. »
    M.Dangleterre : «  Le tournoi de vitesse commence toujours par un 200 mètres lancé qualificatif, sorte de contre la montre où le coureur seul en piste établit un temps de référence qui sert à désigner les têtes de séries et à éviter que les plus forts se rencontrent dès les tours préliminaires. Auteur du meilleur temps, j’ai bénéficié d’un tableau favorable. En ½ finale j’ai été opposé au parisien Grignon, qui sans être un grand sprinter, est un coureur très polyvalent, comme le prouvent ses récents titres mondiaux et européens en scratch et course aux points. Peut-être trop confiant, je n’ai débordé mon adversaire que dans les derniers mètres. La « leçon » a porté ses fruits et en finale j’ai fait la course en tête face au redoutable bordelais Jean-Louis Dublé, ancien champion d’Europe de la discipline. Je n’étais pas serein avant de l’affronter, car il m’avait battu aux championnats d’Europe à Minsk, il y a deux ans. La vitesse est une épreuve où la tactique est prépondérante et une petite faute peut tout gâcher, mais j’ai bien couru et j’avais de bonnes jambes.

    Sur le 500 mètres départ arrêté, j’ai gagné en 37’’90. C’est un temps moyen, mais à replacer dans le contexte très venteux, et j’ai été trop gourmand, j’ai mis un trop gros braquet. Dublé s’est classé deuxième à seulement 4/10, le champion de France de poursuite Jean Michel Collet complétant le podium. » 

    D.Bertout : « Quel est ton mode de préparation pour arriver au top à chaque grand rendez-vous ? »
    M.Dangleterres : « J’ai commencé à m’entraîner sérieusement vers l’âge de 17 ans. A l’époque, je faisais du saut en longueur et mon père m’a immédiatement conseillé de tout noter. J’ai gardé cette habitude et cela m’a permis de bien me connaître. Je sais ce qui me convient pour me préparer à une compétition. » 

    D.Bertout : « Combien de titres as-tu acquis à ce jour ? »
    M.Dangleterre : «  Quand on fait le bilan, c’est que la fin est proche, or je n’ai pas envie de m’arrêter. Je préfère regarder devant moi. Mais, je vais te répondre. En Masters, j’ai gagné 3 championnats du monde, 8 championnats d’Europe et 12 championnats de France. 

    D.Bertout : « Une belle longévité dans ce sport, je suppose une excellente préparation et surtout toujours une envie d'aller plus haut ? »
    M.Dangleterre : « Je m’entraîne assez peu, mais très régulièrement tout au long de l’année ; je fais du sport 11 mois et demi sur 12. Je ne « coupe » que pendant 2 semaines après les championnats du monde en octobre. Cette pratique modérée mais régulière est nécessaire à mon équilibre. La compétition en étant le piment. »

    D.Bertout : «  Quelles sont maintenant tes ambitions ? »
    M.Dangleterre : « Je ne cours en compétition que 3 fois par an. Les championnats de France ont généralement lieu en juin, les championnats d’Europe en septembre les mondiaux en octobre. En dehors de « l’envie de gagner » qui anime tout vrai compétiteur, ces épreuves sont aussi l’occasion de voir les nombreux amis que je me suis fait dans le monde entier et avec lesquels je corresponds régulièrement par mail. J’ai programmé ma saison pour être bien en octobre aux championnats du monde qui restent l’objectif suprême. » 

    D.Bertout : « y a le fiston qui suit, je suppose une belle fierté ? »
    M.Dangleterre : « Je suis très heureux qu’Henri partage ma passion du cyclisme sur piste. Nous formons un vrai tandem. Quand l’un de nous deux court, l’autre le prend totalement en charge. Par rapport à mon fils, ma fierté ne concerne pas le sport, mais plutôt son brillant parcours universitaire. Il a été plusieurs fois major de promotion en Fac de Droit et va entrer en 4è année à Paris. » 

    D.Bertout : « Un dernier mot sur les beaux exploits de Didier Ramet et Thierry Denhaene »
    M.Dangleterre : «  Didier ne me surprend plus. Il est en haut de l’affiche depuis 6 ou 7 ans. Lui et moi, on fait partie des « tauliers » Thierry,  j’ai fait sa connaissance au Stab de Roubaix en 2012. Ces derniers temps, ses progrès ont été tels que j’étais sûr de son succès en poursuite, mais je ne lui avais pas dit pour ne pas le stresser. Ce titre national n’est qu’une étape. Je crois qu’il n’a pas encore pris conscience de ses possibilités. En plus, c’est un gars formidable. Tout le monde s’est réjoui de son titre de champion de France. »

     

     

    Un sacré champion ce nordiste. Il n’en finit pas de briller et son palmarès n’est pas encore arrété. Prochain objectif, les mondiaux en Octobre. Avec la forme et la motivation, sans nul doute que le coureur parviendra à réaliser ses championnats. Affaire à suivre. 

     

    Rencontre avec Marc Dangleterre ( Gazelec Douai ) Rencontre avec Marc Dangleterre ( Gazelec Douai ) Rencontre avec Marc Dangleterre ( Gazelec Douai )
    Rencontre avec Marc Dangleterre ( Gazelec Douai ) Rencontre avec Marc Dangleterre ( Gazelec Douai ) Rencontre avec Marc Dangleterre ( Gazelec Douai )
    Rencontre avec Marc Dangleterre ( Gazelec Douai ) Rencontre avec Marc Dangleterre ( Gazelec Douai ) Rencontre avec Marc Dangleterre ( Gazelec Douai )


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :