• Championnat d’Europe Masters sur piste

    Doublé pour le nordiste Marc Dangleterre

     

    Le nordiste Marc Dangleterre a une nouvelle fois brillé sur la piste. Et pas sur n’importe quelle compétition. En effet, il vient de récolter pas moins de deux titres lors des derniers championnats d’Europe Master sur piste. Le 1er sur sa distance de prédilection : le 500 m lancé et l’autre sur la vitesse sur laquelle il va fait ses preuves au fil des années. On arrête pas ce grand champion. Sa quête de nouvelles victoires n’est sans doute pas terminé puisqu’il participera très prochainement aux mondiaux.

    Le journaliste de VELODOM l’a rencontré afin de récolter les impressions du coureur et d’évoquer ses ambitions futures.

     

    D.Bertout : «  Le 500 m t'a une nouvelle fois réussi, raconte nous ton épreuve et tes impressions à l'issue de celle ci. »
    M.Dangleterre : « Le 500 « c’est mon truc » ! Je ne peux pas expliquer pourquoi. J’avais le meilleur temps des engagés et j’ai gagné avec une seconde et demi d’avance sur le second et plus de deux secondes sur le troisième. C’est une marge importante. Sur l’instant, j’étais un peu déçu de mon temps, 36’’969, mais au fur et à mesure des épreuves, j’ai pu constater que des coureurs que je connaissais bien n’étaient pas dans leurs meilleurs temps et que la piste n’était sans doute pas très rapide. Aux Mondiaux en octobre dernier, j’ai gagné avec un peu plus de 37 secondes, donc à la réflexion mon chrono de Newport est bon. »

    D.Bertout : « Après le titre sur 500 m, la vitesse te sourit. Tu as vraiment acquis de l'assurance sur cette discipline. Explique-nous tout d'abord ton épreuve. Et ta progression sur cette discipline. »
    M.Dangleterre : « Jusqu’à 2006 compris, je ne m’alignais qu’au 500 dans les grands championnats. Concernant la vitesse, tout est parti des championnats du monde de Sydney en 2007. Je me suis dit que je n’allais quand même pas aller au bout du monde pour courir uniquement un 500. Contre toute attente je me suis retrouvé en demi-finale pour terminer quatrième. L’essai étant concluant, j’ai décidé de persévérer dans cette discipline, la préparation des deux épreuves n’étant pas très éloignée. Au fil des années, j’ai pris du « métier », et je crois que je peux avoir de l’ambition. Après 5 demi-finales mondiales en 6 ans, j’ai envie d’aller enfin jusqu’au bout. »

    D.Bertout : « Donc un très bon bilan sur ces champions. Tes meilleurs jusqu'à aujourd'hui ? »
    M.Dangleterre : « Le bilan est très bon. Quand on revient avec deux maillots de champion d’Europe, on aurait mauvaise grâce de ne pas être satisfait. En fait, je réalise le doublé 500-vitesse tous les deux ans, en 2009, 2011 et donc 2013. Finalement c’est une bonne chose que je ne gagne pas à chaque fois car certains pourraient croire que c’est facile.  L’anglais Davies et l’allemand Kluender qui ont terminé derrière moi dans les deux courses sont des habitués des podiums internationaux et donc rien n’était fait d’avance. Ces championnats, il fallait les gagner. Le tournoi a duré toute la journée de 11 heures du matin à 20 heures, sans sortir du vélodrome et c’est cela qui m’a paru le plus difficile. Dans les grands championnats,  les tournois de sprint durent des heures et des heures et deviennent de vrais « marathons ». Un peu éprouvé, j’ai perdu la première manche de la finale avant de gagner les deux autres. »

    D.Bertout : « Quels sont maintenant tes ambitions pour l'avenir. Les mondiaux ? »
    M.Dangleterre : « Je pars à Manchester début octobre pour les mondiaux. Je vais essayer de jouer sur les deux tableaux. Je prends un risque dans la mesure où la vitesse a lieu avant le 500. En 2011, le programme était identique et cela m’avait été préjudiciable car j’avais manqué ensuite de fraîcheur au 500 perdu pour 12 centièmes de secondes. J’ai progressé cette année en allant au Stab (le vélodrome couvert de Roubaix). On verra, je vais prendre le risque, il faut se fixer des challenges… »

    D.Bertout : «  On sent que l'envie est encore là, tu comptes encore courir combien d'années »
    M.Dangleterre : « Je ne peux pas répondre à cette question. Pour le moment, j’ai la chance de pouvoir m’entraîner avec mon fils, qui est champion régional. Mais Henri va effectuer sa dernière année d’études dans le Nord avant de terminer son cursus universitaire probablement à Paris. Je verrai donc dans un an si je continue. Pour le moment, je reste encore cycliste au moins une année. »

     

    Un sacré tempérament ce nordiste qui malgré les années n’en finit pas d’éblouir tout le monde du côté de la piste. Un superbe palmarés qui n’a pas finit d’être clos puisqu’il participera prochainement aux mondiaux de Manchester avec la ferme intention de ramener deux titres. Avec une telle motivation. Nulle qui il y parviendra. VELODOM suivra ces exploits

     

    Championnat d’Europe Masters sur piste  Championnat d’Europe Masters sur piste  Championnat d’Europe Masters sur piste
    Championnat d’Europe Masters sur piste  Championnat d’Europe Masters sur piste  Championnat d’Europe Masters sur piste
    Championnat d’Europe Masters sur piste  Championnat d’Europe Masters sur piste  Championnat d’Europe Masters sur piste
    Championnat d’Europe Masters sur piste


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :